Alien : Isolation - GAME OF THE YEAR 2014

Alien : Isolation. Un petit bijou développé par The Creative Assembly (studio britannique) et édité par Sega, sur toutes les plateformes (PC, PS4, PS3, Xbox One et Xbox 360). Pour notre plus grand bonheur, il est sorti le 7 octobre 2014 et bordel, quelle merveille.
Bon allez, j'arrête de le noyer sous les compliments et je vous en parle sérieusement... (Mais quel bonheur, merde !)

Il faut tout d'abord savoir que ce jeu est un Survival Horror et non un jeu d'action bourrin et jouissif. C'est le genre de jeu où l'attente et la réflexion sont primordiales. On ne peut pas se permettre de foncer dans le tas et crier YOLO.
On incarne donc la fille d'Ellen Ripley, Amanda Ripley. En 2137, donc bien après les évènements d'Alien, le film. Amanda est envoyée en mission sur la station spatiale de Sevastopol afin de trouver des éléments qui pourrait l'aider à retrouver sa mère, en ignorant totalement que quelque chose est actuellement sur la station...

En effet, c'est le gros bordel sur la station et on est censé sortir de ce foutoir. Sauf que tout n'est pas simple et plusieurs problèmes s'opposent à nous. Un Alien qui court super vite et des humains pas toujours coopératifs (et pas que...). Mais petit à petit, on apprivoise l'environnement et on arrive à créer des petits trucs qui pourraient nous sauver la vie plus d'une fois. Des grenades flash par ci, des cocktails Molotov par là et tout ça grâce aux plusieurs outils que nous trouvons pendant le jeu. Ainsi qu'une petite lampe torche, le fameux détecteur de mouvement et plus avec l'avancement du jeu.
Mais autre problème... Il n'y a pas que nous qui apprivoisons l'environnement. Car l'Alien l'apprivoise aussi avec une facilité impressionnante. On se dit qu'il suit un parcours strict et que même si on meurt, on s'en fiche, il passera par là et fin de l'histoire, on l'évitera tranquillement. Sauf qu'une intelligence artificielle a été programmé tout autour de l'Alien afin que tout soit relatif au "hasard". Il se fie donc à l'odeur, le son, la vue et il apprend des habitudes du joueur. Utilisez une ruse plusieurs fois et vous aurez des surprises...

De plus, les personnages ont tous un rôle significatif dans l'aventure. Ils sont tous doté d'un certain charisme et quant à Amanda Ripley, notre héroïne, n'en parlons pas. Bon ok, on va en parler... Elle est sacrément badass (=beaucoup trop la classe, bordel). Un charisme monstre et un physique magnifique. Tout au long du jeu, on apprend à la connaître et voir à quel point elle arrive à surmonter tout ce qui lui arrive...

Quant à la qualité visuelle du jeu, je n'ai absolument rien à redire... L'environnement est magnifique et tout est super bien travaillé. La lumière et la couleur sont gérées à la perfection, un seul regard à l'extérieur et on peut voir les planètes ou les salles des stations qui sont toutes plus belles les unes que les autres... D'ailleurs voici un petit screenshot réalisé par mes soins lorsque nous sommes hors de l'appareil.

Beaucoup de personnes se sont dit que ce jeu n'était pas plus effrayant qu'un autre car on sait globalement ce qu'il nous attend. Erreur. Erreur totale. Je pense qu'il est primordial de jouer à ce jeu pour ce faire une réelle opinion car toute l'ambiance se crée avec la solitude du joueur. En effet, on est constamment seul et la musique du jeu nous le fait bien ressentir. Assis devant notre écran (avec le casque de préférence), on regarde presque derrière notre dos pour vérifier si l'Alien n'est pas là...
Le jeu nous offre une musique, soit relativement calme mais avec quelques bruits stridents qui nous empêche une seconde de se sentir protégé, soit une musique qui nous hurle dessus et qui nous pousse à flipper dès qu'on entend le moindre bruit inhabituel.
Les développeurs ont donc parfaitement réussi leur pari, qui est d'installer une angoisse et une solitude saisissante.

Je ne peux que dire : Merci pour ce chef d'œuvre.


Commentaires